google-droit-a-loubli

La France est le premier demandeur en droit à l’oubli

D’après un rapport publié par le géant américain Google, la France est le pays le plus demandeur en droit à l’oubli avec plus de 200 000 URL concernées.

Google et le droit à l’oubli

Rappel

Le droit à l’oubli a été mis en place en mai 2014 suite à une décision de la Cour de justice de l’Union Européenne. Il permet à un individu de demander le retrait de certaines informations qui pourraient lui nuire sur des actions faites dans le passé. Soit l’information est retiré sur le site d’origine (droit de l’effacement), soit le site est déférencé par les moteurs de rechercher (droit de déférencement).

Note: les liens ne sont supprimés que dans les versions européennes de recherche (google.fr, googlee.it, google.de)

Les données de Google

En début de semaine, Google a publié un rapport des chiffres sur le nombre de demandes reçues depuis 1 an.

Voici le pourcentage d’URL totales que la société américaine a examiné et traité :

google-suppression-url

Voici le pourcentage d’URL que Google a examiné et traité pour la France :

google-suppression-url-france

 

Le nombre total d’URL demandée pour la suppression s’élève à environ 200 000 et 47,7% des requêtes ont été acceptées.  La France est donc le premier pays des demandes en droit à l’oubli. L’Allemagne et la Grande-Bretagne arrivent juste derrière.

Les sites les plus affectés

Dans son rapport, Google liste les sites ayant fait l’objet de plus de demandes de suppression. On constate que les réseaux sociaux Facebook, Twitter, Google+, Youtube sont les plus touchés par ces déférencements ainsi que les sites sur des profils de personnes.

google-suppression-site

 

Le déférencement en France

Le quotidien britannique The Guardian a mis la main sur plus de 75% des demandes de suppression que le géant américain n’avait pas rendu publique. Elles étaient cachées dans le code source de transparence de Google.

Le quotidien révèle ainsi que plus de 95% des demandes concerne des informations sur la vie privée (photos dénudées etc.). Pour la France, les informations personnelles de la vie privée représente 98%.

Voici la répartition des chiffres (mars 2015) :

google-suppression-url

On observe que 256 demandes étaient liées à des crimes importants, 224 à des politiques, 191 à des personnalités publiques et 102 sur la protection de l’enfance.

Les français ont le meilleur ratio européen avec 55% des demandes acceptées par Google.

 

Source : lemonde.fr, The Guardian 

Carol-Ann

Responsable marketing @myposeo, community manager et rédactrice.

Lire les articles précédents :
Suivi SEO : bien configurer ses projets de référencement

Vous êtes très nombreux à utiliser l'outil de Suivi SEO pour analyser la position de votre site dans les moteurs...

Fermer